Dans un club échangiste Parisien.

image002.1176186620Comme vous pouvez le constater sur ma page Facebook, je n’ai pas eu beaucoup de difficultés à me faire un certain nombre d’amis – virtuels pour la grande majorité d’entre eux. Il semble évident que l’attraction pour la femme japonaise est très présent chez les hommes français. Si la plupart de mes amis Facebook restent assez discrets, d’autres se montrent beaucoup plus insistants. Une invitation à « boire un verre » pour les « classiques » – un « dressage » pour les plus directs…et très souvent des propositions à vivre ce qui semble de plus en plus couru en Europe, l’échangisme…

Au Japon, cette pratique est quasiment absente et je n’imagine pas voir se développer ce libertinage. Si l’homme japonais fantasme énormément sur l’asservissement total de la femme, il vit ce fantasme dans le répertoire complet de l’oeuvre pornographie locale. Il peut aussi se rendre avec des amis dans un club spécial où il pourra en tout anonymat pratiquer le sexe collectif avec des séances de bukkake ou autres. En revanche, il ne lui viendrait pas à l’idée d’y aller avec son épouse, ni même sa maitresse. Au Japon, on ne partage pas…Tout au moins, je n’en ai jamais entendu parler parmi mes proches mais peut être suis-je un peu trop jeune pour cela. Si ma mère reste très sexy, notamment avec sa lingerie particulièrement aguichante, je ne l’imagine pas vivre ou avoir vécu la petite folie que je me suis permise ici, sous l’insistance d’un admirateur.

Alors voilà comment cela s’est passé…Plusieurs fois, Marc (ce n’est pas son vrai prénom car je ne veux pas que l’on puisse l’identifier…), a participé à mon fameux concours et a été, comme tous (c’est une fille qui a gagné…) éconduit. Marc faisait pourtant partie de ceux qui avaient vraiment joué le jeu et s’était montré très inventif pour parvenir à ses fins…Sous l’insistance de celui-ci, j’admire son obstination…j’ai accepté de le suivre dans un club échangiste près des Halles…Marc est très bel homme, grand, mince, les yeux clairs, une petite trentaine d’années. Nous nous sommes retrouvés dans un café face à Beaubourg. Je n’ai pas eu de peine à le reconnaître car lui m’avait repéré bien avant que je n’arrive au café. Je portais mon kilt préféré et des leggings rouges, j’étais maquillée mais modérément. Il semblait heureux de me voir arriver et il m’a avoué qu’il croyait Yoko seulement virtuelle….comme beaucoup apparemment sur Facebook notamment. Je pensais qu’il ne s’agissait que d’une ruse de français pour me pousser dans leurs bras. Apparemment, le doute, du moins pour Marc, était sérieux. Nous prenons tous les deux une vodka orange pour nous donner un peu de courage – surtout pour moi – et nous voilà part vers la rue des…….je n’en dirai pas plus, beaucoup connaissent et je ne veux pas faire de publicité pour ce type de lieu. Si je reconnais ma face coquine, je ne souhaite pas vraiment pousser mes quelques « lecteurs » vers l’échangisme.

Nous sonnons à une porte assez discrète avec une sorte de grille au centre. Un clapet s’ouvre, un homme nous regarde par cet orifice et nous ouvre la porte. Une femme à l’accueil, assez grosse, la cinquantaine….nous remet nos billest et n’a pu s’empêcher de faire la réflexion suivante… »et bien ma jolie, tu vas avoir du succès toi car tu es la seule asiatique ce soir…d’ailleurs nous n’en avons quasiment jamais, tu es donc plus que la bienvenue…amuse toi bien ma belle.. »…Cela commençait mal car je n’ai pas du tout apprécié cette remarque. Pour qui me prenait cette femme ?…Bref, nous descendons des escaliers et une musique pop très forte nous a sauté aux oreilles. Marc m’invite immédiatement au bar pour prendre une seconde vodka orange…je crois qu’il voulait me saouler mais c’était sans connaitre ma résistance aux alcools forts. Je buvais beaucoup de sake au collège avec mes amis; lors de nos soirées du pensionnat.

Cette seconde vodka bue, nous sommes allés sur la piste de danse et nous avons commencé à danser…comme dans n’importe quelle boite de nuit. Je préfère la musique japonaise, plus électro et « radicale ». Mais une fois n’est pas coutume, éclatons nous sur le nouveau Robby Williams…Jusqu’ici tout va bien, rien de spécial…En jetant un oeil sur une des banquettes derrière la piste de danse, j’ai bien remarqué que cette boite de nuit était effectivement spéciale. Une belle fille d’une quarantaine d’années était entrain de donner une fellation généreuse à un homme devant elle et masturbait dans le même temps un autre homme à ses cotés. Ce trio excitant ne prétait aucune attention aux danseurs et vice versa. Voilà donc ce qu’est un club échangiste Parisien. Après une demi heure de danse dans cet endroit surchauffé…je sentais la sueur descendre sur mes reins…Marc m’a proposé de visiter les lieux…Je l’ai donc suivi et ai pu en effet en savoir un peu plus sur ce club et ses pratiques. Plusieurs alcoves privées offraient des spectales très intriguants. Toutes les combinaisons étaient là…deux hommes avec une femme dans des positions « originales »…cela sentait la sueur et le sperme…je recevais régulièrement aussi des caresses sur les fesses sans savoir d’où venaient les mains…Marc m’a ensuite conduit dans une nouvelle alcôve qui elle était…libre. Marc s’est littéralement jeté sur moi et m’a embrassé à pleine bouche. Je n’ai pas voulu jouer les innocentes et après tout je ne pouvais pas être surprise de ce contexte. Je lui ai donc rendu ses baisers fougueux…J’ai ensuite remarqué que nous n’étions pas seuls. Marc était fougueux mais n’était pas Shiva….et je sentais bien que plusieurs mains courraient sur mon corps…quelques doigst commencaient même à s’aventurer sous mon kilt et c’est vrai que je mouillais énormément. J’ai fermé les yeux et ai essayé de m’apaiser, de me mettre en osmose avec ce milieu où je me trouvais. J’ai caressé plusieurs sexes, un s’est même déversé sur moi rapidement…trop excité le garçon…mais lorsque mon kilt a commencé à descendre sur mes chevilles, je n’ai plus eu envie de continuer. Je n’y étais pas et n’avais pas envie de vivre cela ce soir…je me suis rhabillé et ai tenté d’expliquer à Marc que je ne pouvais pas aller au delà…Marc était très déçu…m’a proposé une nouvelle vodka….mais j’étais déterminée à partir…Marc n’a pas insisté et je l’ai laissé avec une femme aux seins minuscules mais aux hanches et aux lèvres généreuses….je suis partie de cette alcove et ai sincèrement cru que je n’arriverais jamais à gagner la sortie tant les tentacules étaient nombreuses. Un court passage à la sale de bains pour me laver les mains…une femme se lavait le visage et en avait bien besoin…je suis finalement sortie de ce lieux sordide. Non, je ne pouvais pas…

Je pense en décevoir certains mais bizarrement si je n’ai eu aucun remords à jouer dans un film X, là c’était trop…j’ai eu le sentiment de ne rien maitriser, de devenir vraiment une pièce de viande…Désolée.

Marc se reconnaitra. Je ne t’en veux pas et j’apprécie ta gentillesse et ta délicatesse lors de cette soirée. Merci aussi de m’avoir poussée à vivre cette aventure qui restera une expérience originale. Mon éditeur japonais saura apprécier, je l’espère.

A bientôt.

11 Réponses to “Dans un club échangiste Parisien.”

  1. Salut Yoko, dommage que cela s’est mal passé pour toi, hors la première impression est primordiale. Je suis belge et en belgique l’ambiance des clubs échangistes n’est pas tout à fait la même qu’en France. la plupart des couples (et célibataires aux soirées mixtes) arrivent au environ de minuit, au début on se contente de boire un verre, de danser, de faire connaissance pour les nouveaux et les jeux de séduction commencent. En dehors de quelques exhibs qui chauffent la salle, la plupart des couples sont plus ou moins sages en dehors de quelques carresses qui se perdent. Au bout d’une heure ou deux chacun et chacune ont repéré les personnes qui leur plaisent et ont essayé de séduire comme dans une discothèque normale. L’ambiance commence à chauffer sérieusement et les couples ea se dirigent alors vers les alcôves avec les personnes qu’elles ont choisies. L’ambiance n’est pas la même dans les soirées réservées aux couples et les soirées mixtes (= célibataires autorisés). Dans les soirées mixtes il y a plus d’hommes que de femmes, ce qui convient à certaines d’entre elles car elles aiment avoir 2 ou 3 hommes en même temps. Dans les soirées réservées au couples il peut éventuellement y avoir plus de femmes que d’hommes (couples et femmes seules) ce qui convient parfaitement aux femmes bisexuelles et aux hommes aimant avoir 2 femmes en même temps (quel homme n’aime pas ça lol). Enfin il y a ceux et celles qui aiment le sexe a plusieurs (c’est mon cas) et alors toutes les combinaisons sont possibles. Il existent aussi des soirées à thèmes qui sont tres exitantes (jeux collectifs ea). Quoi qu’i en soit une fois que tout le monde esr « rassasié » on se retrouve au bar ou resto du club pour boire un verre ensemble. c’est tres convivial et beaucoup de personnes restent toute la nuit. Ce n’est pas glauque et on se fait de nouveaux amis. En France beaucoup de couples viennent pour « consommer » puis s’en vont, c’est beaucoup moins convivial et ça parait donc plus glauque.

  2. Voici un 2′ com sur les clubs échangistes car il y a beaucoup de choses à dire. Maintenant je vais parler de ce qui se passe dans les alcoves. Un grand principe respecté par la plupart des échangistes, c’est que tout est permis mais rien n’est obligatoire. Cela donne naissance à différents comportements. Je vais partir du plus soft au plus hard. beaucoup de couples débutants se contentent de boire un verre, de danser et…de regarder, sans participer a quoi que ce soit. ( une fois rentré chez eux ça chauffe entre eux parce qu’ils ont été exités par ce qu’ils ont vu lol) Certains finissent aux cours d’autre soirées par passer à l’étape suivante, ils vont faire l’amour côte à côte avec d’autres couples pour être vu et regarder, mais sans plus. Ensuite certains vont échanger des caresses avec d’autres couples mais ne vont pas plus loin. Enfin d’autres franchissent un pas supplémentaire et vont faire l’amour à trois ou avec un autre couple (échangistes) Tout cela peut parfois prendre du temps et peut être tres progressif. Certains ne vont jamais plus loin que des caresses et d’autres deviennent tres rapidement échangistes. Cela dépend de la sensibilité de chaque personne et des envies de chacun. Enfin d’autres franchissent un pas supplémentaire et deviennent partouzeurs (pluralistes) principe : plus on est de fous, plus on s’amuse,plus il y a de possibilités. Dans ce cas on peut même organiser des soirées à thèmes (j’en parlerai si tu veux). Enfin le plus hard : certaines femmes deviennent « gourmandes » (grand appétit) et ne peuvent se contenter de 2 ou 3 hommes. Alors des « gang bang » sont organisés :1 ou 2 femmes entourées d’hommes. Les gang bang sont souvent organisé l’apres midi car beaucoup d’hommes en couple y vont sans le dire à leur compagne qui croit qu’il est au boulot lol.
    Toi malheureusement, tu as été plongée brutalement dans une ambiance auquel tu n’était pas préparée et que tu ne désirais pas vraiment. Il aurait fallu que tu te contente de danser et de regarder sans rien d’autre et que plus tard à d’autre soirées tu aie éventuellement plus loin à condition qu’il y ai eu des jeux de séduction et que tu ai pu choisir la ou les personnes qui te plaisent, et faire uniquement ce que tu as envie, et rien d’autre (comme cela se passe le plus souvent en Belgique).
    « Marc » à manqué de psychologie et d’expérience et a été trop rapide avec toi

  3. Sébastien Says:

    Bonjour,
    une expérience parmi tant d’autres mais l’essentiel c’est que tu es eu la volonté de dire non et que tout ce soit bien terminé malgré tout.

  4. Bonsoir à tous,

    « Marc n’a pas insisté et je l’ai laissé avec une femme aux seins minuscules mais aux hanches et aux lèvres généreuses…. »

    La cléopatre de Marc Antoine ?
    Quel veinard.

    « Mon éditeur japonais saura apprécier »

    Un livre ?

    « les gang bang sont souvent organisé l’apres midi car beaucoup d’hommes en couple y vont sans le dire à leur compagne qui croit qu’il est au boulot lol. »

    Voilà qui n ‘est pas très libertin … respecteux du moins.

    « Un court passage à la sale de bains pour me laver les mains…une femme se lavait le visage et en avait bien besoin…je suis finalement sortie de ce lieux sordide.  »

    Hum.

  5. Désolée d’intervenir ici, mais je lis depuis mon tableau de bord cet érticle qui survient… Quelle tristesse!!! on peut tous avaoir des désirs, des fantasmes inassouvis, être des betes de sexe , ou pas….mais vraiment l’échangisme se résume bien dans certains propos de Yoko : une piece de viande… la seduction au minima, le desir …par circonstances…et l’amour ? de quoi tu causes???

    • Bonsoir,

      chère inconnue.
      Commandant de bord ( comme fut un gandhi pour ma famille ) ?
      Chanceuse.

      Pour causer de l’ Amour , il faut déjà le connaitre , non ?
      Je ne suis pas un expert de ce domaine dont j ‘ignore tout.

      Mais depuis que je suis tombé sur yoko ( il doit y avoir une grosse semaine ).
      Je la lis .
      En regrettant ses pensées malsaines et déviantes.

      Troubles que tout cela …
      J ‘espère que cela se:voit.

      Au plaisir de vous lire.

  6. Bonjour,
    Je viens de découvrir ce blog très original aux textes bien excitants à lire.

    Il est certain que la séduction a manqué lors de cette incursion dans les clubs libertins.
    Ce que tu as vécu correspond à ce que l’on rencontre dans les clubs qui ouvrent l’après-midi et qui acceptent les hommes seuls. On est plus proche du gang bang que du mélangisme sensuel.
    C’est dommage d’avoir débuté ainsi. Mais tu ne pouvais pas savoir.

    Au plaisir de suivre tes prochaines aventures.
    L

  7. Yann Says:

    Etrange, dans cet article, tu dis que tu supportes très bien l’alcool et bois régulièrement de l’alcool fort, tandis que dans celui où tu décris ta recontre avec Lilian, tu dis que tu n’as pas l’habitude de boire et qu’un verre de vin te tourne la tête. Plusieurs indices me laissent penser que ce blog est un fake (notamment la qualité de ton français, loin de celui d’une langue étrangère).

    Bref, quand bien même il s’agirait d’un fake, l’écriture est agréable et a le mérite de prendre un point de vue sur l’érotisme. Bonne continuation

  8. Bonjour,
    Et alors ?
    Imposture ou non, les récits sont bien écrits.
    Ni propagande, ni injures, ni faux débats… Ca fait du bien dans cette blogosphère qui tend vers le bas…

    Je ne réagissais pas jusqu’içi, mais les propos de « Phlippe Dupont » m’interpellent.
    Je suis un « routard » des clubs libertins, en « homme seul » tel qu’ils le présentent…
    Mon gout pour ces clubs est venu par hasard, lors d’un déplacement professionnel en Belgique. J’entre dans un établissement que je croyais une banale discothèque , et voilà que l’on me demande de prendre une serviette, et les clés d’un vestiaire. Hein ? Quoi ? 2 minutes d’explications, et me voilà parti à la découverte d’un monde inconnu, nu comme un vers.

    Et bien, il existe une réelle différence entre la France et la Belgique.
    Je suis français, mais mon corps et mon esprit se veut Belge en ce qui concerne les clubs. Vulgarité d’un coté de la frontière, sensualité de l’autre coté, résume assez bien la situation.
    De belles et vraies rencontres, sexe ou pas sexe. De longues discussions nu ou en boxer accoudé au bar ou étendu dans une alcove.
    Ce qui m’a le plus étonné (en dehors de l’appétit sexuel de quelques femmes), c’est la décontraction qui nait de l’absence de repères vestimentaires.
    J’ai ouvert la discution (et les bras), de la même manière àune caissière qu’avec une haut fonctionnaire de l’état belge.
    Ces expériences m’ont apporté naturel, raffinement et sensualité qui jusqu’içi me faisaient défaut.
    Quant aux clubs francais (9 visités dans différentes régions) : vulgarité, voyeurisme primaire, homme seul jugé immédiatement et maladroitement.

    Désolé donc Yoko, mauvais endroit, mauvaises sensations…

    Continuez votre blog rafraichissant et pourquoi pas, prenez le train jusqu’en Belgique.

    Un noctambule voyageur.

  9. Tiens, je viens justement d’écrire là-dessus – quoique… – où je tente de (dé)montrer, entre autres, que le « libertinage », vocable ô combien galvaudé, est avant tout une option poétique et une orientation politique levées sur l’essence et les sens, enfin un truc du genre…

    Bien à vous.

  10. Paul Says:

    Je pense que ce blog est FAUX !!!!!
    Peux tu nous dire quelques phrases en japonais??, en romaji…
    nihongo de kaite kudasai…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 56 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :