Naturisme, libertinage et plaisirs à Oostende !

Avant de vous parler enfin de ma très belle expérience Belge, je souhaite faire une aparté sur l’un des derniers commentaires reçus et qui m’a quelque peu bouleversé…En voici le contenu « De la part d’un sous officier de gendarmerie, soucieux de la sécurité des ressortissant Japonais sur le sol Français. (retire ton post sur la prostitution, car les maisons close sont illégale en France, hors tu as été dans l’une d’elle et tu peux ainsi être inculpé pour prostitution illégal ou convoqué pour divulgué le lieux exact ou tu as eu ton « expérience » et en cas de refus tu serais immédiatement renvoyé au Japon pour « obstruction à la justice et Prostitution illégale » avec avant une possible peine de prison. » S’agit-il d’une plaisanterie (de mauvais goût d’ailleurs…) ou la France est aussi puritaine et hypocrite que cela ?…Si tel est le cas, je commence à comprendre un peu mieux les agacements de mon beau père vis à vis de l’administration française pour laquelle il travaille. La prostitution est l’un des métiers les plus importants de notre société et son histoire le prouve. Où que ce soit sur notre planète, quelqu’en soit la période de l’histoire, la « putain » a remplis un rôle capital dans les équilibres de notre société. Que le proxénétisme soit condamné dans une moindre mesure si il est synonyme de contrainte, de détournement de mineurs..bien évidemment, la justice doit intervenir de la plus ferme des manières. Mais si une femme, pour X raisons souhaite offrir ce qu’elle a de plus personnel à une tiers personne pour nourrir sa famille, pourquoi la justice réprimanderait cette démarche courageuse et généreuse ?..Me menacer de me renvoyer dans mon pays si je ne retire pas mon article relatant mon expérience de prostituée de Belleville, j’aimerais bien voir cela…Je penche donc pour la seconde solution, le plaisantin qui se cache anonymement derrière un pseudo intégrant le terme « killer », est certainement un mytho/rigolo. Circulez, il n’y a rien à voir…

Venons en maintenant à mon vécu d’Oostende !…Autant vous le préciser, je ne me suis pas montrée très présente sur mon blog, ni même sur la toile ces dernières semaines. Mon séjour à Kyoto pour passer les fêtes avec mes proches puis un retour à Paris où m’attendait de pied ferme mon coquin amoureux Ronald…Une présence peu assidue à l’école des beaux arts rajouté à cela…voilà donc le résultat. J’espère me rattraper ce soir😉

Ronald est très amoureux de moi et j’en suis ravie car Ronald, bien que marié, me couvre d’attention mais aussi de cadeaux…j’ai reçu pour Noêl un très beau sac Prada que je ne quitte plus. Ronald est amoureux et c’est réciproque, d’autant que Ronald conjugue tous les atouts que je recherche chez un homme. Attentionné, excellent amant, distant quand il sent que j’en ai besoin…..et dernière découverte de sa personnalité qui m’amène à vous parler d’Oostende…Ronald est libertin…Je l’ai appris alors que Ronald est tombé sur mon blog et plus précisément sur mon expérience dans un club libertin parisien…Il a été particulièrement attristé de constater que ma première expérience libertine n’a pas été un succès…Il m’a promis de faire évoluer mon jugement tout en précisant qu’il fréquentait près d’Oostende, en Belgique ce qu’il appelle le Disneyland du libertinage….Quelle promesse. Nous nous sommes donc rendus le week end précédent mon départ sur Kyoto à ce fameux endroit si divinement décrit par mon fougueux amant. Laissez moi vous raconter avec le plus de précisions possible les 3 heures passées là bas…

Après un repas traditionnel Belge, des moules frites…nous avons fait une promenade romantique sur la plage, histoire de digérer ce déjeuner. (pas terrible cette combinaison de frites et de moules…bizarrerie belge…). Ronald a préféré attendre que la nuit tombe pour que nous récupèrerions la voiture pour nous rendre LA BAS…Je tremblais légèrement sur le trajet, mélande de crainte et d’excitation à priori…Nous avons garé la voiture sur un vaste parking et nous sommes dirigés vers l’entrée un peu baroque de ce club…car il s’agit d’un club privé où seuls les membres cooptés peuvent se rendre…accompagnés ou pas. Il nous est remis à l’entrée deux objets – une serviette de bain blanche et un petit masque en coton léger. Sur le mur était inscrit un règlement qui m’a semblé très strict ou respect de la femme était le maitre mot. Seules les femmes peuvent choisir leurs partenaires, les hommes se doivent de rester en retrait et sous aucun prétexte pressants.

Ronald m’a indiqué le vestiaire des filles et m’a quittée pour se diriger vers celui des hommes. Me retrouver avec ma serviette et mon masque, entrer dans un vestiaire à la décoration romaine, des douches ouvertes où plusieurs femmes se frictionnaient le corps sans la moindre pudeur, m’a d’abord un peu effrayé. 3 femmes étaient là. Deux d’entre elles se savonnaient mutuellement avec beaucoup de délicatesse. Mon sexe s’est humidifié de cette première vision coquine. Je me suis douchée longuement, ai ajusté mon petit masque en coton sur les yeux et me suis lancée dans « l’arène », non sans appréhension. C’est une anecdote mais j’ai du franchir un portique de sécurité pour détecter tout objet métallique ou plus précisément les portables ou appareils photos…On peut comprendre pourquoi d’autant que des personnalités importantes belges et françaises fréquenteraient les lieux.

Le paysage était féérique, j’ai cru l’espace d’un instant plonger au paradis. Un immense bassin bordé de palmiers et autres plantes quelque peu exotiques en un tel endroit. Des espaces de détentes à profusion. Saunas, yakuzis, tables de massage et des hommes et des femmes circulant tranquillement. A première vue, je n’ai rien remarqué de sexuel si ce n’est le fait que tout le monde porte un masque et que cela confère au lieu une image irréelle. J’ai eu du mal à retrouver Ronald et ai finalement remis la main sur lui alors qu’il avait entamé une discussion « cordiale » avec une jeune fille blonde et très sensuelle. Ses seins étaient fermes, en pomme et je trouvais ses tétons déjà assez imposants et plutôt raidis…Je chassais non sans peine ma jalousie et me suis rapproché d’eux. Ronald a bondi sur moi et m’a tiré par les hanches pour me présenter à sa nouvelle amie. Après m’avoir embrassée, elle s’est immédiatement agenouillée pour m’attraper les fesses et ramener à elle mon sexe entièrement rasé pour l’occasion. Quelle entrèe en matière !…Je me suis étendue sur un rebord de la piscine au pied d’une fougère qui nous tombait littéralement dessus. J’ai passé mes jambes sur ses épaules et j’ai été léchée comme jamais cela ne m’était arrivé je crois…pendant ce temps, Ronald caressait avec malice sa nouvelle conquête. Ronald a commencé à raidir à une vitesse que je n’aurais jamais imaginé et il a attrapé un préservatif dans une grande jarre en verre (de nombreuses jarres étaient disséminées dans notre « paradis »..). Notre belle blonde s’est alors cambrée et a écarté sans la moindre gène ses jambes pour laisser entrer Ronald en elle. Divin moment !…Ronald en très bon connaisseur des lieux et adepte du tantrisme (il peut se contenir une journée entière malgré de nombreuses joutes…) a attendu de voir notre belle blonde jouir pour se retirer et lui donner congé avec élégance. Nous nous sommes ensuite baignés comme si il s’agissait d’une piscine classique et passions en revue les « forces en présence »… Mes yeux se sont posés sur un véritable étalon en grande conversation au bord de la piscine. Je n’avais jamais vu un sexe aussi impressionnant…Ronald a lu dans mes pensées et m’a proposé une tentative…Ronald connait mes petits secrets et c’est vrai que je ne dispose pas d’un bassin très large. C’est le cas de nombreuses femmes asiatiques encore que nombreuses d’entre nous ont des « cavernes » qui n’ont rien à envier aux occidentales mais les clichés sont difficiles à éloigner. Concernant mon bel étalon, il est par contre clair que peu d’hommes japonais sont en mesure de rivaliser. Je suis donc sortie du bassin et me suis dirigée lentement vers cet inconnu et suis passé tout prés de lui pour lui signifier mon intérêt. J’ai tout de suite compris qu’il était réciproque car « il » a enflé en un éclair. Il m’a pris la main, sous le regard amusé de Ronald et m’a amené vers une table normalement dédiée au massage. Il m’a allongé délicatement et a commencé à me couvrir de baisers lents et langoureux tout d’abord puis le rythme est devenu plus rapide…je jetais un oeil à « lui »….et ai pris peur…j’ai eu l’impression que mon sexe se délubrifiait instantanément. Jamais je ne pourrais recevoir un tel assaut mais j’ai été rassurée quand Ronald est venue me tenir la main comme si mon accouchement allait suivre…Il y avait un peu de cela mais à l’envers…plusieurs personnes se sont rapprochées de notre « scène » et un brouhaha admiratif a commencé à bruire. Nous aurions pu nous croire à un bar PMU car des paris étaient faits….Pourra t’elle ou pas ?…Là était bien la question et je n’avais moi même pas la réponse…Elle est arrivée quelques instants plus tard…Je n’ai pas réussi à me détendre et mon accès était quasiment fermé…malgré l’intervention de Ronald qui a essayé de me préparer à la grande charge…Ronald m’a alors suggéré, et la position dans laquelle j’étais s’y prêtait bien…d’accepter de prendre en bouche le sexe éconduit mais aussi d’accepter que je me livre à une séance de bukkake…Une dizaine d’hommes au moins se sont donc relayés pour me jouir sur le corps et même Ronald n’a pu résister à l’excitation ambiante. J’ai adoré ce moment et ai eu l’impression l’espace d’un instant d’être la plus belle femme du monde. Ce bukkake ci n’avait rien de vulgaire, tout au contraire…tous les hommes se comportaient comme des gentlemen…difficile à croire mais pourtant cela a été mon sentiment. Ronald m’a ensuite expliqué que cet endroit était très exclusif et qu’il était très difficile d’obtenir la carte de membre. Ceci expliquant peut être cela.

Nous avons passé deux heures de plus dans ce lieu et toutes nos expériences ont été sublimes;) J’ai enfin compris ce qu’était le vrai libertinage et je pense que j’aurai beaucoup de mal à y résister. Je raconterai prochainement deux ou trois « joutes » particulièrement réussies lors d’un prochain billet.

Mon avis sur la Belgique a évolué…Les français ont beaucoup à apprendre de leurs voisins….

19 Réponses to “Naturisme, libertinage et plaisirs à Oostende !”

  1. baroner Says:

    Qu’est ce que tu écris bien.. c très agréable de te lire

  2. garnier Says:

    tu as dû passer une merveilleuse soirée….
    merci à toi de montrer que le libertinage n’a rien à voir avec la lubricité, et qu’il s’agit avant tout d’un art de vivre….
    l’hédonisme existe encore puisque tu l’as rencontré
    Ph

  3. Maxwell Says:

    C’est hilarant du début à la fin : l’apparté de la narratrice qui se voit obliger de défendre la prostitution qu’elle pratique exceptionnellement dans le plus pur respect des droits de la femme alors qu’il s’agit au demeurant d’un lieu de misère ou l’on retrouve pourtant les derniers axiomes de l’esclavage, de la contrainte, et de la déchéance humaine (auréolé de drogue, désolé pour les clichés mais c’est bel et bien une réalité), et pour point d’orgue, cette séance tristement banale dans un club libertin sensé défier tout ce qui existe ailleurs, et surtout en France. (surtout quand Mlle confesse l’ expérience ultime d’1 misérable club dans l’hexagone).
    Rien de palpitant dans la description de cet Eden, tout y est strictement conforme aux usages du milieu, et des clubs au dessus de la moyenne attirant les classes les plus populaires.
    Ma chère Yoko, tes raccourcis sont pour la plupart indignent d’une créature soit disant avide d’aventures ésotériques…

    • Ailh..Maxwell devient « méchant ». Yoko assume tes reproches, peut être sont ils fondés, je n’en sais rien en fait. Merci pour ton commentaire néanmoins, d’avoir passé du temps à me lire…Bonne journée Maxwell !

  4. Theo Says:

    Je ne pense pas qu’on puisse dire que la prostitution soit, en soi, un métier important. L’important c’est d’avoir une sexualité épanouie. La prostitution ne fait que palier au fait que nous ne soyons pas épanouis.
    Je ferais le parallèle avec mes potes homosexuels qui eux n’ont jamais eu recours à la prostitution… pourquoi ? parce qu’ils trouvent toujours quelqu’un pour baiser (sans payer), ce qui n’est pas la cas d’un hétérosexuel.

  5. Ryukichi Says:

    Non, je ne suis pas plaisantin, ce n’est pas moi qui t’inculperais, mais si jamais un collègue ou un Policier moins sympa tombe sur ton blog tu risque de très très gros ennui.

    Que tu le crois ou non, en France la prostitution n’est pas illegal, mais il n’est pas tôléré que cela ce fasse dans des lieux ou plusieurs prostitué et plusieurs clients sont présent.

    C’est très con je te l’accorde parce que pour le coup les pauvres filles sont obligé de ce gelé dans le froid, l’hiver ! De plus cela a ouvert grand la porte a la prostitution forcé! ( chinoise et slave entre autre) Mais c’est comme ça!

    Voila, cordialement.

  6. Theo Says:

    Tout ces textes me font penser aux films érotiques produit par m6 qui repassent sur la tnt😀 Non seulement par les thèmes et les images générées mais aussi par le style narratif.

  7. Je cite,  » des douches ouvertes où plusieurs femmes se frictionnaient le corps sans la moindre pudeur, m’a d’abord un peu effrayé. 3 femmes étaient là. Deux d’entre elles se savonnaient mutuellement avec beaucoup de délicatesse. Mon sexe s’est humidifié de cette première vision coquine. Je me suis douchée  » fin de citation et debut de rigolade ! Yoko la Japonaise qui n’a jamais du mettre un doigt de pieds dans le moindre onsen ou sentô ! Ah ah ah ah ah !!

  8. Jean Says:

    Ce n’est pas la prostitution qui est illégale, mais le racolage, ainsi que pour un tiers d’en tirer profit:
    Bref: entre le barman, l’hôtelier, l’ami, le souteneur, le client, le colocataire, etc, tout ce qui touche à la prostitution peut attirer de très gros ennuis.
    Surtout si on a affaire à un commissaire Knock:
    « Tout innocent est un coupable qui s’ignore! »
    Bref, il y a des franchises qui peuvent nuire, beaucoup et à beaucoup!

  9. Yoko, elle en a de la chance, elle tire tout ce qui bouge.
    Moi je rentre dans un onsen, on se fout de ma gueule.

    Et Vive la Wallonie que diantre !

    Eyfiss, séparatiste.

  10. mon chien aussi Says:

    Ah ah ah ah… encore du burlesque fantasmé. Surtout que, en hiver, Ostende devrait laisser un ou deux souvenirs précis dont Yoko ne parle pas du tout. Bref, à mon avis, elle n’a jamais mis les pieds à Ostende et dans ses environs. Elle oublie un truc TRES important qu’elle ne mentionne pas.

    • lalala Says:

      Mais qui mange un moules-frite en plein mois de décembre…?
      Et la promenade romantique sur la plage?? En plein mois de décembre? Alors que la Côte belge ressemble plus à l’Antarctique qu’aux Maldives, surtout à cette époque?? Elle est courageuse, la petite.

      Et je passe sur les détails de la soirée échangiste… don’t get me started.

      • moi j’en ai mangé….mais j’avoue que ce n’est pas super comme nourriture…un peu immonde même;..ils ont quand même un goût assez dérangeant ces belges !!!…heureusement que question sexe ils assurent plus…entre leur nourriture, leur accent ridicule et leur temps grisatre..ce n’est pas vraiment le pays où je rèverais de vivre, pauvres belges!!

  11. Pavy Says:

    un club echangiste a Ostende? Et tu les as compris? Chapeau!
    En tous cas tu as bien repris tous les cliches sur les Belges colportes en general par les Francais … accent ridicule, temps grisatre (tu m’etonnes en Decembre a la cote …) …

    Pav, Belge exploite au Japanisthan.

  12. mizian Says:

    jaime les femmes japonaise puisque elles ont une plaisre tre grand et le gout de plaisire chez elles me fait chaud.je cherche des relation avec une japonaise .

  13. Gildas Says:

    Alors, si Ronald est un habitué d’un club très sélect de gentlemen ostendais, il ne te fait pas servir des moules frites – qui est un plat populaire bruxellois – mais une sole ostendaise et, surtout, il te fait goûter les fameuses croquettes de crevettes (grises), une spécialité raffinée incontournable !
    Et la plage d’Ostende, en décembre, à la nuit tombante, n’est pas romantique : elle est lugubre. Idéal pour se préparer à une soirée libertine.
    Fanstasme que cette histoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :